04 octobre 2012

Chapitre 17# Les enfants ne sont pas des animaux, mais des êtres humains !

Ernest à 6,5 ans. Il vient d'être trainé chez le directeur par sa maitresse car il lui a envoyé sa trousse dans la figure et oppose de la resistance en s'agrippant aux portes sur le chemin classe/bureau du patron.

Julien a 6 ans, sa soeur 9 ans. Cette année, ils sont inscrits  à la gym, à la natation, au piano et au football. Et surtout Julien se met à l'anglais, sa soeur adore l'anglais ainsi que ses cours de loisirs créatifs en chinois.

Edgar fait enfin du velo sans roulette a 4 ans et peut ainsi aller au skate parc avec son papa le samedi. "Eh Edgar,  tu aimes le ski ? hein tu aimes le ski????", "bof j'ai froid et je tombe", "tu vois il adore le ski, comme papa:))!!!".

Ces exemples viennent de personnes de mon entourage proche. 

Cette réaction d'Ernest à l'école conforte les parents dans leur pressentiment : Ernest est surdoué. "Il faut lui faire passer des tests". Les parents d'Ernest sont séparés depuis 1,5 an. La maman est partie du jour au lendemain et n'a pas la garde de son fils. Le papa d'Ernest, qui travaille à Paris et vit en Normandie ne peut pas s'en occuper la semaine donc Ernest est en internat. Quand Ernest voit son père le WE, il "doit" bien se tenir car il est bien élevé, bien "tenu". Pas de manifestation de joie conseillée, pas de paroles déplacées. Il n'y a donc aucun doute sur le fait que le petage de plomb d'Ernest à l'école soit due à son génie.

Julien et Alice font plein d'activités, ce qui implique une organisation logistique de dingue pour les parents. Compréhensible. Mais pourquoi tant de choses ? et pourquoi l'anglais à 6 ans ? "parce que tout le monde parle anglais dans sa classe". Ahhh d'accord, je comprends... . "Et parce qu'on n'est pas souvent là donc autant qu'ils s'éclatent par ailleurs. Et qu'ils se sentent bien dans leur peau en parlant anglais comme les autres enfants de leur classe". "Et parce qu'on culpabilise de pas être là..." . 

Edgar, petite chose fragile couvé depuis sa naissance, DOIT faire des sports de glisse. Il va donc aimer le vélo (il en a déjà 3), le skate (il en a déjà un), le ski (cours de ski 2 fois par an), le snow (1/2 journée de snowboard a 3,5 ans) et le roller (roller acheté pour ses 2 ans). Coincidence étrange, son père adoooore les sports de glisse. La dernière fois ou l'on a vu Edgar à l'école de ski, c'est lorsqu'il passait son piou piou, l'oreille de son doudou dans la bouche et le reste dans sa capuche, avec ses 2 petits skis et ses grosses larmes sur ces joues. "Allez Edgar passe sous l'arche !!! c'est bien Edgar!!!". Et son père demandant expressement au moniteur "c'est bon il l'a son piou piou ???.

Donc apparemment, comme dans les relations amoureuses, on peut devenir aveugle lorsque l'on a des enfants. On ne veut pas s'avouer des choses. Ca ferait trop mal. On en demande beaucoup aux enfants. On projette ses fanstasmes, ses desirs. Ca ne signifie pas que l'enfant n'est ou ne sera pas heureux. Mais moi qui pensais qu'un enfant n'était ni un prolongement de soi, ni un clone, ni un fantasme, mais une personne qui devait apprendre à être autonome, unique et elle-même... je crois que j'ai encore rien compris.

 

 

 

 


Commentaires sur Chapitre 17# Les enfants ne sont pas des animaux, mais des êtres humains !

    Wahou, ça c'est de la fine psychanalyse et des parents, et des enfants de ces parents là.....Moi, j'ai trois filles (2+1) et ma grande de 11 ans cultive la réussite dans tout ce qu'elle touche pour faire naître la fierté de ses parents divorcés.....Cependant, on ne lui demande rien, elle s 'investi seule à fond dans tout ce qu'elle entreprend....On est sans cesse fière d'elle, mais elle en veut plus, elle a la gagne attitude.....PS: Les comm ne t'ennuient pas?

    Posté par Damien, 05 octobre 2012 à 08:28 | | Répondre
Nouveau commentaire